La loi El Khomri inquiète

La loi El Khomri inquiète
4 (80%) 1 vote[s]

Pour de nombreux médecins du travail, le projet de loi actuellement à l’étude ne permet plus aux médecins du travail de témoigner de la réalité de ce qui se passe dans les entreprises.

Selon la CFE-CGC Santé, « la loi El Khomri dans son chapitre 5 démantèle la possibilité des salariés de contacter facilement le médecin du travail et donc de lui signaler leurs problèmes comme les nouvelles maladies tel que le burn out, le harcèlement, les risques psycho sociaux, les effets non encore reconnus de certains produits chimiques (nanomatériaux, pesticides, rayonnements…) ». Par ailleurs, le texte de loi supprimerait le premier contact par la suppression de la visite d’embauche, instaurerait un système de suivi qui sera sous l’emprise des directions patronales pour organiser un contact avec les salariés tous les cinq ans comme le prévoit le rapport Issindou. Pour la fédération, cette loi « désorganisera la médecine du travail et empêchera l’accès des salariés aux médecins ».

Autre reproche fait au texte : les médecins du travail ne verront que les sujets à risque pour eux mêmes mais aussi , et c’est la nouveauté, pour la sécurité des tiers c’est à dire des clients, des passants pour peu qu’ils soient dans l’environnement proche. Or, comme le souligne la CFE-CGC Santé, « on ne peut être contrôleur et confident, c’est contradictoire, le conseil d’Etat l’a déjà jugé ». Mais la fédération n’est pas la seule à monter au créneau. D’autres médecins du travail reprochent au texte de laisser aux employeurs la gestion des services de santé au travail. Ils dénoncent également le fait que ce texte créerait une médecine du travail à deux vitesses, avec d’un côté les salariés sur des postes de sécurité ou à risques et les autres. Les salariés sur ces postes à risques auront accès à un médecin du travail qui va émettre une fiche d’aptitude. Pour les autres populations qui ne sont pas des salariés à risques, ou en tout cas qui ne sont pas à risques visibles, comme aux cadres, aux techniciens, aux personnels des hôpitaux… Ils n’auront pas accès au médecin du travail en première intention.

Pour les professionnels de la santé que sont les médecins du travail, ce projet s’inscrit dans un contexte qui voit la médecine du travail traverser une crise démographique. La pyramide des âges des médecins du travail est très élevée et il n’y a pas les remplacements prévus. Un exemple ? L’année dernière, 94 médecins en exercice sur Paris avaient souhaité devenir médecins du travail. Seulement 21 ont été retenus…

sources: http://www.pic-magazine.fr/actualite/la-loi-el-khomri-inquiete

 

No votes yet.
Please wait...